Fête Missionnaire

mardi 10 mars 2009
par  Filles de Ste-Marie de la Présentation de Broons
popularité : 33%

"Chrétiens de tout pays que s’ouvrent nos fenêtres

Aux horizons lointains qui ont d’autres couleurs"

Comme chaque année, la fête missionnaire a attiré beaucoup de participants à la Maison-Mère à Broons, le 22 février 2009.

La journée a commencé par une célébration eucharistique présidée par M l’abbé Robert JOSSE, vicaire épiscopal, chargé de la coopération missionnaire sur le diocèse de St Brieuc… Célébration festive et priante.

Au cours du repas qui a suivi la célébration,
Quelques membres d’Associations œuvrant au Cameroun ont donné leur témoignage.

Une brève synthèse de ce qui a été réalisé, depuis la dernière fête missionnaire, grâce à la générosité a été communiquée.
Les projets pour l’année à venir ont été présentés.

Tout l’après-midi des animations se sont déroulées. Elles ont permis de porter notre regard sur ce qui est vécu dans les missions lointaines ou plus près de nous pour partager le message évangélique et faire advenir un monde plus juste et plus fraternel.

Beaucoup de personnes qui œuvrent dans les Associations ou à titre individuel pour soutenir les missions lointaines, dans les pays peu ou pas développés, sont venues.

Leur présence a été pour les sœurs au Cameroun encouragement et soutien pour continuer dans des conditions parfois difficiles à annoncer la Bonne Nouvelle et à poursuivre dans la solidarité, la réalisation des projets de développement pour un mieux vivre du peuple vers qui elles sont envoyées.

Cette journée de partage d’expériences a questionné :
Pourquoi ne donnerai-je pas un peu de mon temps pour aider l’homme à grandir, maintenant que je suis à la retraite… Le Seigneur m’a donné des talents pourquoi ne pas les mettre au service de la mission ad extra ?
Pourquoi ne pas partager un peu de mes ressources financières pour parrainer un enfant et lui permettre d’être scolarisé ?
Pourquoi ?….
Le Seigneur suscite partout des énergies nouvelles…

« Ce que veut le cœur met les jambes en marche ! »

 Homelie du pere Robert Josse

Fête missionnaire à Broons : 22 février 2009
(7e dimanche du temps ordinaire B)
1re lecture : Isaïe 43

Il est resté anonyme. La tradition a reconnu en lui un disciple du grand prophète Isaïe. Au cœur de l’exil de son peuple, un drame humain et spirituel qui va jusqu’à remettre en cause la foi, ce prophète s’adresse à Israël. Déjà s’approche pour lui l’heure du retour : Dieu, nous a dit la première lecture, prépare la route qui ramènera les déportés sur leur terre. Dieu va créer un monde nouveau : non pas que son peuple se soit réellement converti au cours de cette dure épreuve, mais simplement parce que Dieu veut pardonner en raison de l’amour qu’il a pour les siens. En écho, l’Evangile de Marc nous montre comment Jésus crée ce monde nouveau : parce qu’il est le Fils de l’Homme, l’envoyé de Dieu, il peut pardonner le péché au paralytique et le guérir.

Six siècles avant notre ère donc, nous n’en mesurons pas toujours la grande nouveauté, ce prophète Isaïe ouvre à l’univers entier, à l’autre, aux païens. Et sa foi comme celle de son peuple s’en est enrichie. Elle a accueilli le Dieu de tous : le Dieu sauveur de son peuple est créateur de l’univers. Dans la perspective missionnaire qui nous retient ce dimanche et pour nous ressourcer dans nos convictions missionnaires, par delà les six versets que nous avons entendus, nous pourrions relire l’œuvre de ce Deuxième Isaïe, les chapitres 40 à 55 du livre actuel d’Isaïe. Dieu y apparaît unique et absolument incomparable, à l’origine de tout. Il met sa puissance de créateur au service de son projet de salut : puisqu’il a tiré les éléments du chaos primitif dans la création, il pourra tirer ses fidèles déportés de l’exil babylonien, dans un nouvel Exode. Le salut qu’il apporte, il est pour tous les peuples du monde. Le Dieu de tous, le Dieu universel a créé l’humanité, comme il le dit « les peuples, les nations, les cités, les îles lointaines, les extrémités de la terre… » Tous sont dans sa main, ils sont mis à l’écoute de ses appels de Sauveur qui les convie tous à la joie du salut. Si le vrai Dieu peut être reconnu par tous, c’est qu’il l’est déjà d’une façon originale dans un peuple témoin, élu et donc envoyé au monde. Le chant De tous les points de la terre rejoint cette intuition, nombre de psaumes témoignent aussi d’une même ouverture.

A ce monde dont Dieu est créateur, à ce monde qu’il aime, il nous revient, comme chez nous, de proposer la foi qui est notre joie : n’est-ce pas là la source de la mission, chez nous et dans le monde ? Les semaines missionnaires mondiales de ces deux dernières années nous ont centrés sur les exigences de transmission : « Transmets la Parole que tu reçois », et de partage : « Que votre charité se donne de la peine ». Chez nous, le projet catéchétique diocésain sera officiellement promulgué par notre Evêque le 25 mars. Le Texte national pour l’orientation de la catéchèse en France donne justement comme titre à son premier chapitre : Une catéchèse vécue dans des communautés missionnaires. L’Eglise du Christ est par nature missionnaire.

En ces temps de crise financière, économique et sociale, nous ne pouvons prendre le risque de voir notre Eglise se replier sur elle-même : notre Eglise n’est catholique que dans son ouverture aux Eglises sœurs. Cela veut dire maintenir dans nos communautés l’esprit missionnaire : partager le message évangélique, selon la lettre d’invitation de Sœur Annick, et faire advenir un monde plus juste et plus fraternel. Lorsque nous sommes nourris par la Parole de Dieu, à travers les faiblesses de notre témoignage, c’est Dieu lui-même qui s’adresse à l’homme d’aujourd’hui, par la puissance de l’Esprit. Le message final du synode des Evêques sur la Parole de Dieu en octobre dernier a consacré sa quatrième partie à ce thème : « Les chemins de la Parole : la mission ». L’annonce du Christ est toujours d’actualité. La mission jusqu’aux extrémités de la terre va de pair avec une vie baptismale : le souci de la mission ne se restreint pas à une semaine, voire une journée par an ; des propositions existent à destination d’enfants, de jeunes, de malades qui peuvent colorer toute une année. La session des 24-25 janvier à Paris se donnait pour objectif : avec les équipes, relancer l’éveil de nos diocèses pour la Mission universelle de l’Eglise. Serait-ce rêver qu’à l’échelon de nos groupes, communautés, paroisses soit reconnu un veilleur-éveilleur, relais, animateur missionnaires ? Quels liens avec le diocèse entretiennent celles et ceux qui donnent un temps à la Coopération tout comme les associations qui portent le souci des missions ? Pour ce faire, le Service National de la Mission Universelle (SNMUE) a besoin de nos groupes missionnaires, où trouvent place bien sûr les congrégations qui ont des implantations missionnaires, pour que la charité missionnaire soit encore plus active dans la vie de nos communautés, de nos paroisses et du diocèse. La journée inter-Eglises essaie d’en témoigner chaque année.

2009 a et aura les couleurs de l’Afrique. La récente fête de l’Epiphanie a repris le vœu de Benoît XVI : Que l’Afrique ne soit plus oubliée dans ce monde en mutation profonde, et qu’une authentique espérance se lève pour les peuples de ce continent ! Continent qu’il visitera pour la première fois dans les prochains mois, principalement au Cameroun et en Angola, dans le cadre de la préparation du deuxième synode africain en octobre. Le thème retenu « réconciliation, justice et paix : lumière pour l’Afrique », qui sera également le point d’attention de la semaine missionnaire mondiale à venir, rejoint ce continent marqué par guerre, famines, corruption, piraterie, pillage des ressources, catastrophes écologiques…Les missionnaires et tous les chrétiens ont donc un immense travail pour que l’Evangile y soit plus diffusé, connu et accueilli. Tournons nos yeux vers ce continent africain en priant, en nous informant sur les réalisations et projets des missions (vous le ferez cet après-midi), en accueillant la simplicité et la joie de vivre, les ressources humaines et spirituelles de ce continent. Participons aux soutiens pastoraux prioritaires que les diocèses d’Afrique nous adressent. L’urgence de soutenir dans la fidélité les Eglises africaines qui traversent cette crise économique et humaine sans précédent ne peut qu’interpeller nos communautés chrétiennes. L’intention de prière missionnaire de Benoît XVI pour ce mois de février est justement : Pour que l’Eglise d’Afrique trouve les voies et les moyens adéquats pour promouvoir de manière efficace la réconciliation, la justice et la paix selon les indications de la deuxième assemblée spéciale pour l’Afrique du synode des évêques.

Ce matin, nous sommes ainsi, pour les sœurs missionnaires, « un encouragement et un soutien, -et je reprends là les termes de sœur Annick-, pour continuer dans des conditions parfois difficiles à annoncer la Bonne Nouvelle et à promouvoir dans la solidarité la réalisation de projets de développement pour un mieux-vivre du peuple vers qui elles sont envoyées ». Renouvelés dans notre foi et nos convictions missionnaires, puissions-nous être maintenant, selon le brave prophète Isaïe, un peuple formé à la louange, à la louange du Dieu de tous.

 Diaporama

<diapo29>


image Jésus

Logo Synode
Bannière denier

Facebook

Agenda

<<

2017

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois